vendredi 6 février 2009

Pour les impromptus: http://www.impromptuslitteraires.fr/dotclear/


Cette semaine nous vous proposons de poursuivre votre voyage en écrivant un texte commençant par « Je ne sais plus par quel miracle... ». Pour mener à bien votre croisière écrite, nous vous demandons d'y inclure également un ou plusieurs moyens de transport....


Je ne sais plus par quel miracle...



Je ne sais plus par quel miracle

La balaguère m’emporta.

Ce fut au pays de Cocagne.

Que son souffle me conduisit.


Pour carrosse, une bernacle

Qu’en mon honneur l’on affréta

Me fit parcourir la campagne

Jusqu’à l’infant qu’on m’a choisi.


Devant les marches du palais

La foule en liesse m’accueillit

Un ambassadeur rondelet

Jusqu’à la cour me conduisit.


Mon rêve, dans le serpolet,

S’acheva et je défaillis.

Jamais on ne vit convoler

Bergère que prince eut choisie.



Bruegel : Le Pays de Cocagne (1567)


Des news de ma santé: La faculté a décélé une polyarthrite scapulo humérale qui se complique avec une cervicarthrose.Tout ça n'est plus très jeune que voulez-vous...

Bonne journée lecteur...

18 commentaires:

brigetoun a dit…

et oui !et encore tu es une jeunesse pour moi, mais tant qu'il y a des bernacles qui peuvent nous contenir et nous véhiculer !

Laudith a dit…

Superbe texte qui m'a conduite vers ce magnifique tableau de ce talentueux peintre qu'aime beaucoup mon fils.

Bon week-end muse.

gicerilla a dit…

Ce qui m'agace chez vous chère Muse, c'est la facilité apparente avec laquelle vous enchainez les vers et les rimes ! Encore une fois, je suis épatée... sans flagornerie, bien sûr !

herbert a dit…

Bonjour, Muse.
J'ai l'impression de ressentir les mêmes symptômes que toi...C'est tout dire...
Si, moi je sais par quel miracle, celui de ton talent...
Merci beaucoup.
Je t'embrasse.

Julie a dit…

Quelles rimes qu'elle rythme alerte, la Muse!
Merci pour vos mots ici et ailleurs.
Les mots médicaux sont eux assez odieux sachant la douleur qu'ils recouvrent, mais dans votre blog vous êtes tout mouvement, alors vivent les mots de vie!

Viviane a dit…

Bonsoir Muse
Un petit moment que je n'étais pas venue, mais ce n'est pas pour ça que je t'oublie...
Je souhaite que tu ailles bien
Je te fais un bisou
Viviane

Gérard a dit…

Je ne crois pas aux miracles, mais une chose donc je suis sûr, tes vers ont de la raisonnance

jalhouse a dit…

ma chère Muse ....
Un diagnostic est posé sur ta douleur ... n'ont-ils pas pu trouver un nom plus simple à retenir , à prononcer .. tout simplement à comprendre ........ !!!
très joli texte .......
je ne plus par quel miracle j'ai attéri sur les page d'une bien belle muse ... je ne peux en partir .. toujours je reviens lire .. encore et encore ...

je t'embrasse avec toute mon affection....

Azalaïs a dit…

pourtant le pays de la cocagne (cette boule faite à partir de la plante pastel) c'est bien ici qu'il se trouve, entre Albi et Toulouse!

mais le voyage était joli
J'espère que ça va s'arranger mais tu as raison, nous ne sommes plus très jeunes et il faut bien se résigner!

laura a dit…

Bon courage, Muse

Camo la rêveuse a dit…

Je me répète sans doute mais que ce poème est beau Muse. Eh oui en avançant en âge et avec l'humidité ambiante les douleurs se font plus présentes... Prends soin de toi, moi je vais prendre un antipyrétique.....

heure-bleue a dit…

Le tableau de Bruegel, un de mes peintre préférés, illuste merveilleusement ce poème. Tu vas être soignée comment ?...

brigetoun a dit…

ma nuque et mes épaules en grande sympathie avec les tiennes, avec commisération - heureuse que tu ais pu supporter cela pour passer chez moi (mais pas la peine)

Bruno a dit…

D'abord merci pour tes mots . Moi c'est le dos qui trinque.

Bonne journée Muse

Anonyme a dit…

Les termes médicaux sont toujours effrayants, mais il y a le plus souvent des solutions pour soulager.Courage! Arlette.

Jean a dit…

Le pays de cocagne ...
Savez vous où il se trouve ?

J'y habite !
Le Lauragais , pays à cheval sur la Haute Garonne et l'Aude , cultivait autrefois une plante appelée le pastel .
Séchée et préparée , elle était mise en boules nommées "cocagnes " .
Ces cocagnes étaient précieuses : elles servaient à préparer une teinture bleue rare à l'époque .
Les grossistes habitaient Toulouse où ils ont fait construire de vrais châteaux encore admirés aujourd'hui , grâce à leurs bénéfices énormes .
La découverte de la route de la soie , les grands voyages de la Renaissance ont permis l'importation du bleu indigo ce qui a ruiné le pastel du Lauragais .

Anonyme a dit…

Coucou, j'apprends tout ce soir, je suis désolée de ne pas m'être manifestée avant, comment te sens tu? gros bisous. LFD1975

fbd a dit…

Une poésie pareille qui a une vigueur et une grâce toute juvéniles en tout cas!
Je suis revenue du pays du soleil (Nice et ses mimosas, son carnaval, Cannes…
Tout ce ciel bleu était un peu un pays de cocagne, en effet…