lundi 21 septembre 2009


Ivresse

De la vie, j’ai goûté tous les fruits défendus
Sur tous les continents, toutes les latitudes,
Consumer mes ardeurs jusqu’à la certitude
De brûler plusieurs vies, redoublant les abus.

De Shangaï à Pékin, de Xi’An à Macao
J’ai préféré le luxe à des capharnaüms
Dans une toufiane, j’ai brûlé mon opium
De bouge en fumerie, de claques en tripots.

Dans tous les casinos, j’ai joué des fortunes
Flambé à la roulette, spéculé à la Bourse
Assouvi ma passion des voitures de course
Dépensé sans compter pour me payer la lune.

Caviar et Champagne, porcelaine et cristal
Je me suis abreuvée à un puits de richesse
Jusqu’à la déraison, à atteindre l’ivresse
Dont les excès conduisent à un état létal.

Ma sixième semaine a commencé par de la kiné active. L'épaule et le bras sont sollicité et si mes nuits sont loin d'être terribles j'entrevois des améliorations à brève échéance.
Je passe demain sur vos blogs promis...

23 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo Muse !

"toufiane" pas facile à trouver...
et je suis persuadée que tu ris de moi grrr !!!

Par contre je n’aime pas du tout la fin : "Dont les excès conduisent à un état létal"
hé oui ! Toujours Coluche ...

BBB

Ether

Muse a dit…

un gsund'heit de temps à autre, sans abuser tu me connais ;o)

Anonyme a dit…

Quelle vie de plaisirs! Je parie que ta santé s'améliorant, tu repenses aux bonnes choses et c'est bon signe, mais l'"état létal" n'est pas souhaitable!! Arlette.

Muse a dit…

On se connait un peu pour que tu saches que je ne suis que modération... mais "mourir de plaisir! why not!"

Laudith a dit…

Un texte magnifique qui nous entraîne sur tes traces Muse, cela s'appelle la vie et il est agréable de savoir profiter de ses bons moments...

Bonne rééducation, contente de voir ton état s'améliorer, la souffrance ne devrait pas exister, j'ai pour ma part hâte de faire des infiltrations pour moins souffrir mais, pénurie de spécialistes dans ma région, je dois attendre 3 mois pour un rendez-vous.

Belle journée en ce début d'automne, ici c'est l'été indien j'espère qu'il durera encore, et encore...

herbert a dit…

Bonjour, Muse.
Mais qui es-tu donc pour avoir tout vécu...tout vécu, non. La route est devant toi...
Bon courage
Merci beaucoup.
Je t'embrasse.

brigetoun a dit…

belle nouvelle ! durs efforts récompensés
(et il reste toujours quelque chose à vivre tant qu'on le décide)

bérangère a dit…

l'ivresse de Noé....

Heureuse que tu sentes une amélioration...

Gérard a dit…

Une vie d'ivresse kiné pas de tout repos !

Françoise a dit…

Amélioration, c'est le mot qu'il faut retenir... J'espère que tes prochaines séances vont continuer à te soulager.
Bon courage à toi, Muse.

jlb a dit…

l'épaule, le bras, voilà ce que c'est que de courir le monde. Un dernier vers avant le kiné...
Tous mes voeux d'amélioration. Merci pour tes commentaires, ta fidélité.

Azalaïs a dit…

je ne sais pas si j'aurais aimé de cette vie la, ceci dit je ne déteste pas le bon vin et les mets délicats mais jusqu'à en crever ça ne me dit pas trop!
donc ça va un peu mieux, super!

Jerry OX a dit…

Oh ! chère Muse des mots que de révélations tu nous fais ici à travers ce joli texte . Ainsi donc tu as gouté à de nombreux fruits défendus et délicieux !

je te cite : " j’ai brûlé mon opium
De bouge en fumerie /De claques en tripots" Diantre !! j'a-do-re !!

Gérard a dit…

Tu parles aussi de voiture de course, coïncidence ?

gicerilla a dit…

Un poème comme un baroud d'honneur. Je ne sais pas pourquoi, ces rimes comme un bilan sonnent à mes oreilles constat de celui qui n'aura plus tout ça. Alors, même si la rime est bonne, ce matin, ces mots-là me laissent un triste goût en bouche ! Rassurez-moi, ce n'est pas le constat de celui qui renonce n'est-ce pas ?

Muse a dit…

D'abord rassurer ou décevoir mes lecteurs; il s'agit ici d'une oeuvre de fiction. J'ai certes comme beaucoup goûté à pas mal de fruits défendus et en goûterai encore d'autres à l'occasion Mais je n'en fais pas un objectif; je suis plutôt calme dans ma vie.
Allez savoir pourquoi je pensais à Mgr Dupanloup, mort parait-il dans les bras d'une belle...
J'ai voulu juste écrire une rimaille sur un mot:ivresse. Et comme je le disais plus haut pourquoi après tout ne pas mourir de plaisir. Donc, non Gicérilla, je ne renonce pas... j'espère!

brigetoun a dit…

j'espère que le travail intensif de l'épaule est avec le kiné, que tu n'en rajoute pas

heure-bleue a dit…

Tu es une vraie mère courage, l'épaule c'est très douleureux, j'ai connu des gens sous morphine à cause d'une arthrose de l'épaule

ariaga a dit…

Très puissantes ces dernières poésies. C'est bon pour mon "retour". bon courage pour la kiné active ! Bises.

fbd a dit…

Abus de la passion... La passion de vivre mènerait-elle plus vivement au trépas...

Wictoria a dit…

je fais des crêpes ce soir et j'en garde une pour toi (avec un peu de cidre) bises

Viviane a dit…

Je viens prendre de tes nouvelles?
On dirait que tu progresse vers le positif.
Ce poème est drôlement beau!
Un bisou
Viviane

stella a dit…

Je trouve ce poème vraiment très bien dit et très agréable. Bon courage pour la kiné et très belle journée. Stella