jeudi 19 novembre 2009

Je crie ton nom: Liberté

Pour les Impromptus littéraires:


Après ce bien étrange équipage, nous avons décidé de vous lâcher la bride pour la prochaine consigne que vous traiterez de la façon que vous souhaiterez sur le thème de la liberté.

Les plus révolutionnaires utiliseront précisément 1789 caractères mais cette condition n'est que facultative.

Liberté

Pour l'enfant dans sa détresse
Pour ses cris ses pleurs ses craintes
Pour les deux mains qu'il vous tend
Je crie ton nom

Pour son cœur saigné à blanc
Pour sa jeunesse détruite
Ame vie raison pensée
Je crie ton nom

Pour toi qui manques d'amour
Toi qui souffres d'abandon
Qui subis la peur au ventre
Je crie ton nom

Pour ce fils qu'on met en geôle
Cette fille que l'on viole
L'âge tendre assassiné
Je crie ton nom

Pour chaque nuit sans sommeil
Pour tes rêves inassouvis
Pleurs sanglots hoquets et plaintes
Je crie ton nom

Pour tes chants de désespoir
Pour tes secrets enfouis
Pour les dialogues rompus
Je crie ton nom

Pour tes silences qui hurlent
Pour les mystères trahis
Les vérités dévoilées
Je crie ton nom

Pour l’amitié bafouée
Pour les serments parjurés
Et pour les amours déçues
Je crie ton nom


Pour ta peur des nuits sans lune
Pour ta crainte de l’oubli
Pour ta fuite inapaisable

Je crie ton nom

Pour ta douleur persistante
Pour les mensonges subis
Pour les croyances niées
Je crie ton nom

Pour l’envie de résister
Pour le seul désir de plaire
Pour convaincre l’impossible
Je crie ton nom


Pour ton oreiller mouillé
Pour ton sourire effacé
Pour tes passions enchaînées
Je crie ton nom


Pour tes sincères erreurs
Pour tes fortes certitudes
Pour tes chimères fugaces
je crie ton nom

Pour tes tourments manifestes
Pour ta peine perceptible
Deuil chagrin enfer torture
Je crie ton nom

Pour chacune de tes plaies
Pour les vents de vague à l’âme
Pour tes vagues d’amertume
Je crie ton nom


Pour tes chairs endolories
Pour ton esprit émietté
Pour le paiement demandé
Je crie ton nom


Et pour mon destin choisi
Je décide de ma vie

Souffle choix désir et sève
Pour pouvoir encor crier

Liberté


Je vais attaquer une grosse semaine; mais je viens te lire dès demain. Bonne semaine lecteur!

15 commentaires:

Gérard a dit…

Arrête de crier le compte est bon 1789 ! je suis bien libre de le crier

brigetoun a dit…

et les hommes le crient, l'ont crié, le crieront

Anonyme a dit…

Magnifique poème! Comment trouves-tu le temps et la force de rimer si bien! Bravo à toi! Arlette.

heure-bleue a dit…

1789..On devrait faire une révolution...

Anonyme a dit…

BON DEPART

bérangère a dit…

Et pour mon destin choisi
Je décide de ma vie
Souffle choix désir et sève
Pour pouvoir encor crier

Bravo !

fbd a dit…

Je n'ai pas compté, je te fais confiance, et suis émerveillée…!

Muse a dit…

pas envie de partir anonyme...

Tisseuse a dit…

tu m'as totalement enthousiasmée par tes mots !

Jerry OX a dit…

alors là !! cloué !! une fois de plus tu as les mots qui tombent justes Muse !! elle ferait une superbe chanson !!

belle soirée ! qu'elle soit la plus agréable possible !!

Dragonfly a dit…

Courage à toi ma muse ...
je t'embrasse très fort .
je serais toujours là pour t'écouter .....
je te souhaite une très belle fin de semaine ...
je t'embrasse très fort

Françoise a dit…

Une belle façon de crier son nom.
Voici un impromptu parfaitement réussi !
Belle fin de semaine à toi, Muse.

Ariaga a dit…

Quel talent ! Et je vois que tu retrouves ta liberté physique et l'activité. Bises.

Au gré des jours a dit…

Bravo ! Dommage que je ne sache rimailler... Très bonne idée qui va t'apporter je suis sûre plein de joies. Amitiés

tanette a dit…

Un petit coucou pour te souhaiter un bon dimanche.