mardi 1 décembre 2009

Quatre saisons

Quatre saisons


Je trace mes arpèges sur la portée du temps

Pour chanter, au printemps, ma jeunesse passée

Le temps de l’innocence, premiers pas hésitants

Passés à découvrir les secrets amassés.


Je crée des harmoniques au rythme des saisons

Pour célébrer, l’été, une vie de Bohème,

La saison de l’amour, la vie au diapason

Bohème transpirée au fil de mes poèmes.


En prenant ma guitare, si j’ai choisi le blues

Pour pleurer mon automne tout au long de la nuit

Un blues que j’ai à l’âme à vous rendre jalouse

La nuit de pleine lune suintante de pluie.


J’écoute mes silences me conter mes hier

Au milieu des frimas, de la pluie et du vent

Hier ne sera plus au creux de mon hiver

Et le vent balaiera ma tombe en gémissant.





Alfons Mucha: les quatre saisons

que ta soirée soit douce lecteur.

16 commentaires:

heure-bleue a dit…

c'est Mucha qui illustre ton poème ?...

Muse a dit…

Cela lui ressemble beaucoup en effet
tirée des images Google ici:http://www.peinturefle.ovh.org/imaginer/saison.htm

Jerry OX a dit…

elles sont belles tes quatre saisons ! aussi belles que celles de Vivaldi !!
je savoure tout comme toi l’été ou l'on peut aisément vivre une vie de Bohème. Portes toi bien Muse !

Viviane a dit…

Les quatre saisons, c'est joli, ça sonne bien et pourtant elles sont bien malmenées dans la réalité.
Il me semble que tu vas bien et c'est tant mieux!
Un bisou
Viviane

Gérard a dit…

On sirote tes poèmes, on se régale, ce n'est pas de la pommade Muse, je le pense vraiment. Tu as publié un jour ?

Anonyme a dit…

Superbe ma Muse !
ether

brigetoun a dit…

revenir avec belles rimailles - comment puis je oser tenter les miennes
Manque ta science, ta fermeté, le sens

Anonyme a dit…

Belle illustration pour ce si beau poème. Comment peut-on rimer avec autant de facilité? Je n'y arrive plus! Arlette.

bérangère a dit…

c'est Vi val di aujourd'hui ?

Viviane a dit…

Un petit coucou!
Tu vas bien? As-tu terminé tout le parcours des soins pour la guérison?
Un bisou
Viviane
- Sais-tu pourquoi je ne peux pas accéder chez toi (depuis un bon moment)avec le lien que tu me laisses sur les commentaires?

Laudith a dit…

J'aime ta façon de nous conter les quatres saisons, je viens de prendre un an en lisant ton superbe texte... sourire.

Merci pour cet agréable moment de poésie.

Prends soin de toi Muse et ménage ton épaule.

fbd a dit…

L'hiver est une caresse aux mains calleuses mais une caresse!

Wictoria a dit…

on dirait que ça coule de source :) c'est du nectar ! Merci Muse pour cette poésie qui reste mon asile à moi...(et à d'autre).
Je t'embrasse

Gérard a dit…

Rude concurrence pour Vivaldi

tanette a dit…

Merci pour tes passages chez moi. Un bisous du Tarn (bien arrosé en ce moment...)

JCP a dit…

Bonjour, belle sensibilité, j'aime !
A bientôt, Jean-Claude
(Région toulousaine)