mercredi 22 juillet 2009

L’arbre

L’arbre





Une petite graine, au bec d’un ara bleu
Qui venait du Brésil, traversa l’Océan ;
Elle fut déposée dans un sol généreux ;
Pour grandir elle prit et ses aises et son temps.

Une pousse sortit bientôt de ce terreau,
Se gavant de soleil, des embruns de la mer ;
On put voir, chaque jour, croître cet arbrisseau
Dont le tronc montait droit, sa silhouette altière.

Jeunot, il admirait deux ou trois congénères :
Sa majesté le chêne au fût large et trapu
Un orme au beau ramage qu’il savait centenaire
Et venu du Liban un vieux cèdre chenu.

Une foule d’amis vint se nourrir chez lui ;
Il abrita, souvent, dans ses branches accueillantes,
Certaines connaissances, venues par temps de pluie,
Mettre à l’abri leurs plumes, en compagnie liante.


Ah ! Qu’il faisait bon vivre, alors, dans son feuillage…
Aux agapes copieuses succédaient les ripailles,
De tous les horizons des oiseaux de passage
Venaient dans la ramure faire entendre leur gouaille.

Quand la foudre frappa un arbre près de lui
L’amitié terrassée, bientôt, tomba en cendres
Ou sans se retourner s’enfuit dans le maquis
Et laissa, seul, notre arbre à pleurer, sans comprendre.

La vie reprit son cours quand monta son feuillage
Loin des bruits, du tumulte au plus haut de nos nues
Partageant ses journées au milieu des nuages
Recherchant sans relâche l’âme du disparu.



Je viens juste d'arrêter le travail qui m'a beaucoup fatiguée;je ne peux d'ailleurs plus courir le risque de conduire...l'arrêt de travail prononcé il ne me reste plus qu'à me reposer en attendant cette opération. Mes nuits sont courtes, réveillée plsieurs fois par nuit sous l'effet de la douleur.
"Ne sais quand pourrais écrire à nouveau sur un clavier..."

Lecteur, à bientôt sur tes pages, même si je ne commente pas après le 4, jusqu'à ce que la faculté m'y autorise.

27 commentaires:

herbert a dit…

Bonjour, Muse.
Cet arbre-là est magique...il suffit de l'écrire...
Courage, Muse.
Et patience.
Je pense à toi.
Je t'embrasse.

nina de zio peppino a dit…

Tu écris pour les arbres…
Prends soin de toi.

Anonyme a dit…

L'arbre a un nom comme Muse ?
Petite graine venue d'ailleurs à la recherche de l'âme disparue.:(
Tendres pensées.
BBB
Ether

Viviane a dit…

Ne te fais pas de soucis pour nous, d'abord ta santé.
Merci pour cet arbre... qui fait rêver...
Bisous
Viviane

Anonyme a dit…

Que ce poème est beau! Une histoire humaine, mais l'arbre n'est-il pas proche de l'homme? Repose-toi un maximum pour arriver en état de supporter les misères qu'on va t'infliger...pour ton bien! On pense à toi même si tu es silencieuse, nos blogs t'attendent. Arlette.

brigetoun a dit…

beau poème, et bon repos - crains d'y être contrainte moins gravement ce soir

disa a dit…

Le lien pour vous:
http://disa-naivitate.blogspot.com/2009/02/un-comentariu-ce-m-binedispus.html

fbd a dit…

J'aime beaucoup les arbres… ce poème est solide et élancé comme celui que tu décris, bien enraciné et spirituel!
Bon courage à toi, bonne convalescence qui va te délivrer de ces souffrances.
Amicalement

tanette a dit…

Bon courage Muse. Repose-toi. Je pense toi et t'espère très vite soulagée de toutes tes douleurs.

heure-bleue a dit…

Je t'embrasse. Courage pour la suite...

Jerry OX a dit…

bonsoir Muse !! prends soin de toi ! Ce repos que tu prends va te redonner des forces pour la suite .

ce poème sur l'arbre est tout simplement beau et émouvant . l'arbre de vie , la sève de l'espoir qui nous tient . L'arbre qui vit et se gave de soleil et des embruns de la mer si somptueuse et vitale !

bel été et bon repos !

Gérard a dit…

Comme ton poème tout nature...la dite nature remettra les choses en place après ton opération, tel un arbre solide.

disa a dit…

Que Dieu vous benisse!

gicerilla a dit…

Que faire, que dire pour que cela se passe bien ? Rien, hélas. Souhaitez que rapidement la Faculté (j'ai toujours souri à ce nom) vous donne l'autorisation de versifier à nouveau pour le plaisir de vous lire.

floconnette a dit…

Soigne toi bien en premier lieu
Grosses pensées
BBBBB

tanette a dit…

Dommage,Muse, depuis Bonifacio tu étais vraiment tout près...(Bien aimé ton commentaire chez Heure-Bleue ce jour...)
Bises, bonne semaine, prends soin de toi.

ariaga a dit…

Ce n'est pas la peine de commenter, on sait que tu existes et on pense à toi avec beaucoup d'amitié. Tu es sur le banc des voyageurs de l'imaginaire même sans écrire. bises.

Gérard a dit…

Je passe arroser les racines

Anonyme a dit…

Pensées amicales en passant! Arlette

Gérard a dit…

A propos d'arbres je garde un bon souvenir d'eucalyptus énormes et parfumés en Corse au moi de mai.

Je suis le temps qui passe. a dit…

Bonsoir Muse,

Ce n'est pas mon jour de chance :-) juste au moment oû je découvre votre bel espace.

Je vous souhaite un bon rétablissement. La santé est un bien trop précieux. Prenez soin de la vôtre.

herbert a dit…

Bonjour, Muse.
Courage toujours.
L'opération approche.
J'y pense.
Je t'embrasse.

Viviane a dit…

Un petit bisou en passant!
Viviane

Gérard a dit…

Coucou de Vendée où j'ai atterri cette nuit. Moins drôle pour toi dans quelques jours mais c'est pour ton bien.

Anonyme a dit…

Je pense toujours à toi
maman
tiens le coup
je viendrais te voir
tu sais que tu peux compter
sur moi,
tu as mon telephone

jack

Anonyme a dit…

Je pense toujours à toi
maman
tiens le coup
je viendrais te voir
tu sais que tu peux compter
sur moi,
tu as mon telephone

jack

Anonyme a dit…

Merci d'avoir un blog interessant