mardi 15 mars 2011

haïku: 11 mars 2011

Fleurs de cerisiers
Emportées par la vague
Fleuriront demain.

5 commentaires:

gicerilla a dit…

J'ai toujours eu du mal à apprécier à leur juste valeur ce type de poème mais je profite de celui-ci pour marquer le plaisir que j'ai de vous voir sortir de votre hibernation :-)

Muse a dit…

Bonjour Gicérilla. Il ne s'agit pas d'hibernation dans le cas présent mais davantage d'amour filial pour une maman qui se voit infliger 3 dialyses par semaine à l'aube de ses 90 ans, ses reins ne fonctionnant plus. En ce moment c'est pour moi boulot, auto; dodo... ;)

brigetoun a dit…

nourries de douleur,
dans la lumière, les fleurs,
jeunesse du temps

joie fugitive : Muse est revenue
honte : ne l'avais pas vu

Muse a dit…

retour timide vu mes voyages hebdomadaires sur Marvejols...

herbert a dit…

Bonjour, Muse.
Espérance peut-être sur la brise du printemps.
Merci beaucoup.
Je t'embrasse.