dimanche 28 octobre 2007

Armand à son volant...

Dans la rue Liandier, tout proche du Prado
J’arrivai au volant de ma petite auto,
Sur la file de gauche, loin de m’imaginer
Qu’j’allais commettre un crime de lèse- majesté.
Ces messieurs qui pourtant n’peuvent se passer de nous
Qui ,pour vous épouser, se traînent à vos genoux,
Vous couvrent de bijoux pour avoir vos faveurs
Ont un petit défaut qui scelle leur malheur…
Car le talon d’Achille de la gent masculine
C’est l’intérêt qu’il porte à leur foutue berline…
Me voici donc laissant une bell’ Mercédès
Poireauter deux bon mètres derrière une autre caisse
Pour aller me ranger très raisonnablement
Derrière un gros fourgon, manœuvrant lentement.
Armand, a son volant, n’a pas apprécié
Derrière ma Corsa de se voir reléguer
Craignant pour son rétro autant qu’à son égo
Le voilà qui avance à hauteur de capot
Puis il ouvre la vitre et se met à crier.
Je baisse donc la mienne pour connaître l’objet
De l’agonie de mots que j’entendis alors
On était loin d’l’entendre m’appeler mon trésor.
« Espèce de salope t’as vu ce que tu fais !
T’en prendre à mon rétro, tu es vraiment givrée
T’as failli le casser, es tu donc si pressée
Pour me passer devant faut que tu sois tarée.
Mais comment donc Monsieur on ne se connaît pas…
Vous voilà devenu grossier et gougeat.
Son épouse assise sur le siège voisin
Se fit toute petite, le visage carmin
Se tassa toute honteuse devant son matamore
Je fus alors sauvée par les feux tricolores.
Il me quitta encore susurrant des mots doux
Montrant qu’il était loin d’éteindre son courroux.
Puis insulte suprême : « dégage ta poubelle »
Pour mettre fin ici à sa tendre querelle.
Pourquoi faut-il mesdames ,malgré leur stratagème,
Assumant nos faiblesses que sans cesse on les aime…

13 commentaires:

brigetoun a dit…

j'aimais bien ta satyre mais "que sans cesse on les aime" ? tu l'aimais ton éructant ?
bonne semaine Muse

bérangère a dit…

j'adore on dirait du rap ou du slam !

Muse a dit…

non pas moi Brig...mais celle qui était à côté de lui et devait supporter ses frasques sans cesse...
J'ai vu un instant Anne Marie carrière...dieu que j'aimerais avoir son style!

Rosie a dit…

Beau texte Muse, merci de nous le partager.

Bon lundi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

marie.l a dit…

je retrouve là, avec un doux plaisir un texte dont le style me fait souvenir d'autres moments, et je souris avec bonheur ! Bon début de semaine ma Muse.

heure-bleue a dit…

On dirait un pollueur verbal en plus de nous polluer avec sa grosse caisse !!!

Gérard a dit…

Délicieux texte Muse, tu sais garder ton calme et en faire un poème. Tu devrais le proposer à " Grand corps malade " que j'aime et que tu dois connaitre aussi !

Seniornotes a dit…

Belle façon de raconter ces instants désagréables plus courants qu'on ne croit. Bravo!
Bonne semaine

Rosie a dit…

Juste un p'tit coucou en passant.

Bon mardi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

Tietie007 a dit…

Quelle verve poétique! Bravo !

Gérard a dit…

Si je te croise je te dirais des gros mots pour recevoir des poèmes.

Rosie a dit…

Juste un p'tit coucou d'Halloween, ma belle Muse.

Bon mercredi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

arlette a dit…

Pauvre type! Qu'est-ce qu'il doit être mal b.. pour être aussi virulent! J'aime ton humour car c'est tt à fait ainsi qu'il faut réagir. Bisous