jeudi 7 janvier 2010

sonnet dédié aux plagiares

Défiant la morale, bravant toutes ses lois
Tu plagies sans vergogne, méprisant le lecteur
Dis nous donc aujourd'hui ce qui nous vient de toi?
Qu'on reconnaisse enfin de tes vers la sueur!!!

Garde toi de chausser les bottes de Racine
D'enfiler le pourpoint d'Agrippa d'Aubigné
Arrête de copier de manière enfantine
Les mots écrits par d'autres et de toi ignorés

Ne te prends pas pour roi, tu n'es pas même prince....
Ta verve si minable, ton bagage si mince
N'égaleront jamais leur superbe et leur plume.

Plagiaire découvert, cloué au pilori….
Les Muses, déchainées, le vouent aux Gémonies
Condamnent le menteur à des blâmes posthumes

Bonne lecture passant d'ici...

8 commentaires:

heure-bleue a dit…

Tu pourrais nous faire le même pour les promesses non tenues de nos Présidents...

Gérard a dit…

Quelle belle façon de gifler les faussaires, aurais tu eu des déboires ?

Dragonfly a dit…

Ma chère Muse ...
je te souhiate , certes un peu tard .. mais avant le 10 .... donc .... ;-) .. une merveilleuse année 2010 .. que la santé , la paix intérieur t'habite tout au long de 2010 ....
je t'embrasse fort .
Puisse notre amitié virtuelle continuer ....

tanette a dit…

Zont pas honte les plagiaires !!!
Ils t'ont inspiré une belle "rimaille" puissent-ils en tirer leçon.
Bises et bon week-end à toi.

herbert a dit…

Parce que tu connais des plagiaires ?
Ah ! oui...
La Fontaine...
Bon week-end, Muse.
Je t'embrasse.

Muse a dit…

je parle de ceux qui volent sans effort un poème en y apposant leur nom...
Ainsi sur un concours de poésie, avions nous été surpris Marie et moi de voir une tirade de Phèdre et un autre nom que Racine être primé!!!

vince a dit…

Mmmmmmmmmmmm!!!!
Je me souvient des ires de Marielhs.
Deux ans déjà?
Comme elle laisse un vide!!!!!
:o(
je t'embrasse, elle aussi bien sûr.
bonne journée.

gicerilla a dit…

Voilà quelques vers bien sentis pour moucher le manant. Je ne sais pas qui mérite votre courroux, mais je le remercie car grâce à lui ce matin je me régale de lire sous votre plume cette invective. Allez-y Muse, morzy l'oeil ! :-)