lundi 3 novembre 2008

Après une semaine lozérienne où j'ai vécu la pluie, la neige, la tristesse des temps où l'on se souvient, et cette année j'avais à me souvenir...voici 8 mois jours pour jours...je reviens avec une rimaille composée aujourd'hui pour les impromptus littéraires que vous pouvez retrouver ici

http://www.impromptuslitteraires.fr/dotclear/

C'est par où ?


Moi, qui aie parcouru les mers, les océans,

Afin de retrouver la môme que j’étais

Je lis dans les étoiles et cherche en maugréant

Le vecteur de ma vie, sur le pont, hébétée.


Dans tous les azimuts, toutes les directions

Du levant au ponant, mes yeux désemparés

Cherchent farouchement ce qui fait défection

A la félicité de mon âme égarée.


Lors, pour y parvenir, je rame à contre sens

Jusqu’à la déraison, et les jours, et les nuits

Car pour vivre il me faut maintenir la cadence,


Passer tous les écueils, vaincre chaque brisant

Et atteindre le but où le ciel me conduit :

Savoir un cœur d’enfant candide et bienfaisant.


Et j'aurai ma soirée pour venir vous visiter...mais aussi pour continuer à éponger l'inondation due au violent orage d'hier. Ben oui j'ai été inondée! Retrouver sa maison ainsi après un voyage sous la pluie ce n'est pas le top mais ce sont les aléas de la vie et il faut s'y faire. Belle soirée lecteur!


16 commentaires:

brigetoun a dit…

j'ai pensé à toi pensant que tu étais sans doute en Lozère.
Mais hier égoïstement je tremblais en attendant une inondation chez moi, pendant que toi et ici Michel vous étiez inondés. Shame of me. Je croise les doigts pour ne pas en être punie (d'autant que l'Oulle c'est chez moi)
Je compatis, c'est tellement démoralisant

jalhouse a dit…

Bonjour Muse !!!!! Ah ben ça faisait longtemps ... Contente de te retrouver après une semaine ....
Navrée pour ton innondation !! j'espère que c'est pas trop grave ... je souhaite du courage avec ta serpillère ......
Bisouxx et à très bientôt.

Anonyme a dit…

Chose affreuse que les inondations! J'ai trop connu ça pendant mon enfance où, tous les mois de novembre, le Rhône débordait et envahissait le rez-de-chaussée de notre maison. Je compatis donc. Beau poème que tu nous offres! Bonne reprise! Arlette.

Anonyme a dit…

Courange pour éponger, j'espère que rien n'est trop abimé, bises, mélanie.

Françoise a dit…

Tu as donc été inondée, Muse...
Hier, je suis allée le long de la Loire, et c'était impressionnant le bruit que pouvait faire le fleuve, et la force avec laquelle il emportait tout : arbres et caravanes. Et aujourd'hui, spectacle de désolation : de la boue, des arbres cassés, des tôles ici et là...
Merci pour ce joli poème du soir (enfin... que je lis ce soir).
Douce nuit à toi. Je t'embrasse.

Gérard a dit…

Poésie ou réalité tu te bas avec les eaux

herbert a dit…

La quête du bonheur , le bonheur en dérision.
La lassitude dans l'action, le doute au milieu d'erreurs...
Mais, comme tu dis : savoir un coeur d'enfant candide et bienfaisant.
Merci, Muse.

Bérangère a dit…

A la félicité de mon âme égarée...j'adore !

Laudith a dit…

Comme beaucoup, j'ai vu les dégats occasionnés par ces innondations aux infos, j'espère que tout va bien maintenant chez toi muse.

Merci pour ce beau texte.

tanette a dit…

Bon courage pour ce retour chez toi qui est loin d'être de tout repos.

jean-philippe a dit…

un bien joli texte chère Muse ! je reconnais bien là tes mots !!

PS: si tu passes me visiter ce soir , un bonus musical de ma composition t'attend !!
belle soirée et courage pour les inondations !!

Viviane a dit…

Contente de te retrouver!
Merci pour le lien, j'aime beaucoup ce qui est écrit.
Je te souhaite bon courage, mais dois le faire un peu en retard.
Bonne soirée, la meilleure possible
amitiés
Viviane

fbd a dit…

Inondée, débordée, dérivée...

jlb a dit…

il me semble que la poésie est la meilleure des éponges, comme elle est le pansement le plus efficace... Absorbe et délivre.

heure-bleue a dit…

J'adore lire que tu as conservé ton coeur d'enfant...

ariaga a dit…

Eponger ne t'empêche pas de nous régaler avec tes rimailles. Je t'embrasse.