mercredi 3 décembre 2008

A Elvira


un texte qui date un peu, que vous ne connaissez pas et que je viens de retravailler...



A Elvira


Sur l’amour, Elvira, je suis plus nuancée…

De tous les sentiments, il offre la palette ;

Il va de l’infini jusqu’à l’éternité,

Ravage ici ou là de façon imparfaite

Les cœurs tendres et fragiles qui ne se méfient pas ;

Ou amène l’extase plongeant dans les délices

De ces unions charnelles que l’on ne renie pas.

Il suffit de chasser et l’ennui et le vice

Qui s’immiscent en chœur : on ne s’y attend pas.

Lorsqu’il naît tout à coup, il provoque la joie:

Remplie de plénitude, tu es au nirvâna…

Que s’installe le doute et c’est le désarroi.

Et que penser du jour, où ton amour te quitte

Pour le pays lointain dont on ne revient pas ?

Si je te vois pleurer seule et interdite

Je comprendrais très bien que devant le trépas

L’Amour se mette en deuil et ne soit que souffrance

Chantant dans son chagrin un lied de circonstance.


bonne fin de journée lecteur...

9 commentaires:

jean-philippe a dit…

j'aime bien !! beaucoup meme !!! et surtout cette phrase "ces unions charnelles que l’on ne renie pas" Mélancolique et remplit d'espoir !! tu me combles avec tes mots O Muse !!

Olivier de Zio Peppino a dit…

Amour et mort, deux mots si lointains… et pourtant. Il me vient en tête une certaine chanson de Léo Ferré…
L'amour doit rester le plus fort !

Camo la rêveuse a dit…

Triste mais comme toujours très beau.
Tu dois tremper ta plume dans de l'encre magique... Si oui tu me donnes la composition??? sourire !

jalhouse a dit…

ET bien tu as très bien fait de nous offrir ce texte .. sublime .. amour mort ....... amour à mort .....Mourir d'aimer ...
Merci ma muse

Gérard a dit…

Cœurs tendres et fragiles...à lire ou s'abstenir !

jlb a dit…

la poésie est faite pour l'amour, c'est sa mission première... Ils sont si bien ensemble ces deux-là

herbert a dit…

Bonjour, Muse.

Tu dis, en belle et tendre poésie ce qie les autres disent en prose...
Ton texte est simple et beau.
Merci.
Bonne journée.

Muse a dit…

ainsi va ma vie lecteur, partagée que je suis entre détresse et quiétude; entre angoisse et paix
... je laisse toujours la porte ouverte aux bons moments.

fbd a dit…

Le coeur est toujours à vif, bouillant des joies, pleurant ses larmes de sang pour les souffrances