vendredi 9 janvier 2009

Eternité

Pour les Impromptus littéraires
http://www.impromptuslitteraires.fr/dotclear/

"Après les agapes supposées de la fin de l'année passée et du début de la nouvelle, et pour éviter de tomber dans les poncifs habituels de cette période, nous vous proposons un premier thème "presque" philosophique, sur la base de cette phrase :
"à trop se regarder dans le miroir, on finira par y voir le diable"

Au delà des éventuels aspects moralisateurs ou religieux, écrivez-nous en prose ou en vers, ce qu'elle vous inspire. Pas de contrainte particulière et il n'est pas absolument nécessaire de retrouver dans vos textes la phrase citée, ni même les mots "miroir" ou "diable". La lecture que en vous ferez vous appartient et seul votre imaginaire vous guidera."


Eternité


Les yeux ne sont-ils pas le miroir de notre âme ?

A vouloir me plonger dans les tiens je me damne…

Que m’a –t-il pris, mon Faust, de croire en ton amour,

De jeter au ruisseau mon charme et mon glamour ?


Ah ! les belles promesses, qu’hier, tu me faisais !

De jeunesse et d’amour nous allions nous griser

Et vivre dans le luxe, la paresse ou l’envie

Savourant des plaisirs toujours inassouvis.


Oh ! nous devions jouir au-delà du délice,

Explorer pleinement chacun de nos caprices,

Tracer des arabesques de gloire et de puissance

Et imbiber d’extase le moindre de nos sens.


Mais nos vingt-quatre ans sont bien vite passés

Me voici l’âme noire, le visage ridé

Et la fuite en avant de rêves chimériques

Mourra en cauchemars que je sais diaboliques.




entre achat d'un numérique et neige guère de temps à moi...aujourd'hui reprise du boulot...bah un jour seulement!!! bonne journée à toi lecteur

12 commentaires:

heure-bleue a dit…

Je suis certaine que ton âme est blanche...

unevilleunpoeme a dit…

Bien merci encore pour ce joi poème...

Gérard a dit…

plus je me regarde plus je me trouve jeune, rien que çà c'est bonifiant, il faut dire que j'ai une glace déformante.

bérangère a dit…

et beh on n'entend parler que de vous à la télé..marseille sous la neige...

bises bretonnes garanties sans neige ;-)

nina de zio peppino a dit…

L'inspiration universelle. L'amour.

jean-philippe a dit…

un joli texte dont la noirceur sous jascente n'est point fait pour me déplaire : bravo !!

Wictoria a dit…

décidément la poésie a un charme fou :)

Laudith a dit…

Que voilà encore un très beau texte bien inspiré.

Ma nourrice me disait toujours cette phrase lorsque je me regardais dans son miroir, je n'y ai jamais vu le diable mais son doux reflet à elle derrière moi..

Camo la rêveuse a dit…

Très beau poème Muse mais la fin un peu noire non ? La beauté de l'âme qu'en fais-tu ? Bon week-end de repos !

Françoise a dit…

Un joli texte, Muse, et ci-dessous, des photos impressionnantes de neige...
Bon week-end à toi. Bises.

brigetoun a dit…

déjà salué - re dégusté.
Savent pas ce que peut être la neige pour nous ces blasés du nord

herbert a dit…

Bonjour, Muse.
Ce Faust-là a beau être le tien...
Tes mots sont trop doux por l'asservir.
A moins qu'un jour...sait-on jamais, lui aussi succombe à son tour.
Merci, Muse.
Bon courage,
Bon week-end.
Je t'embrasse.