dimanche 11 janvier 2009

nuit et jour

Parfois la nuit je me réveille avec des vers en tête; j'essaye ensuite dans la journée de poursuivre les rimes...

Ce que la nuit me donne
Le jour me le reprend,
Inexorablement.
Si mon corps s'abandonne
Dans les bras de Morphée
C'est pour pouvoir bluffer
Les douleurs qui me hantent,
Qui viennent, sans raison,
Instiller leur poison
En larmes suffocantes.





Bon dimanche lecteur; pour moi aujourd'hui ce sera sport détente; comme chaque dimanche je vais faire un peu de hammam...

7 commentaires:

brigetoun a dit…

carnet et crayon sur la table de nuit - au risque en effet de ne plus être raccord avec le jour et le poids de la réalité

Gérard a dit…

Suis vraiment inconditionnel de tes vers.
Vaut mieux avoir des vers en tête, qu'un verre dans le nez. Je sais c'est moins poétique.

ariaga a dit…

tes douleurs sont si belles que je te conseille de les garder C'est vrai que les conseillers ne sont pas les payeurs !

Laudith a dit…

Comme tu as bien raison de noter tous ces mots qui te viennent pour notre plus grand plaisir.

J'ai toujours du papier et un crayon près de moi.

J'espère que tu t'es bien détendue dans ton hammam.

Passe une belle soirée.

CarrieB a dit…

C'est toujours quand je n'ai pas de papier sous la main que me viennent des idées la nuit, quand par miracle j'arrive à m'endormir! J'ai déjà noté des mots sur un mouchoir en papier, mais au matin je me suis rendue compte que j'avais eu envie de me moucher...Ah, un hammam, j'en rêve, ça fait longtemps, profite bien!

heure-bleue a dit…

Tu avais effectivement besoin de détente, il n'est pas gai ton poème...

fbd a dit…

Heures difficiles dans des visions cependant nacrées (mais la fée (?) est très typée année 50 sur la peinture)