lundi 7 avril 2008

La rose et le jardinier

La rose et le jardinier

Comme chaque matin, elle écoutait les bruits

Du jardin qui s’éveille, qui renaît à la vie :

Les oiseaux qui gazouillent dans les arbres voisins

Les carpes qui frétillent au milieu d’un bassin

La vive sauterelle qui soudain se détend

La belle libellule au-dessus de l’étang

Qui rase l’onde claire de ses ailes moirées

Le cygne souverain qui se sait admiré

Les jolis papillons qui dansent une ronde

La chaleur du soleil qui pénètre le monde

Elle entendait, au loin, le pas du jardinier

Qui, de sa marche vive, entraînait les graviers.

Sans doute venait-il comme chaque matin

L’assurer de je t’aime et forcer son destin …


Il a suivi sa route, sans tourner le regard

Vers celle auprès de qui il buvait le nectar

Et la rose a rougi de chagrin et de peine

Une goutte a perlé du calice, humaine.



Retour chez moi après deux jours passés à Marvejols auprès de ma maman ; sa santé n'est pas florissante et je m'inquiète bien un peu. Lecteur que ta journée soit sereine et douce comme ce matin de printemps.

14 commentaires:

brigetoun a dit…

douche écossaise la Muse : l'attention délicatement émerveillée (même s'il suit sa route)
et puis les nouvelles de Marvejols.
Cette ville que nous aimons alors que nous y allons pour avoir de la peine et donner de la tendresse.
La vérité de échanges, même ceux qui ne semblent pas évidents(là c'est mon cas).
Je t'embrasse, toi et ton inquiétude.
voyage éclair d"une journée pour moi l'après prochain week end

Anonyme a dit…

Bonjour Muse

Ce délicat poème ranime mon souvenir d'une lecture parfumée du "Jardin des roses" de Saadi.
Mais quelle tristesse en ce début d'année qui ignore le printemps.
Bon début de semaine, une pensée pour ta maman.

Pierre

herbert a dit…

Bonjour, Muse, et merci pour ce si beau conte, légérement fantstique,plein de cette sensibilité qui est tienne.
Merci aussi pour tes mots qui m'ont touché, laissés sur la margelle de mon puits.
Nous connaissons,en effet, à bien nous connaître.
A ta maman on pense tous, quand tu évoques sa présence.
Bonne journée.
Bisous pour toi.

Anonyme a dit…

Que ta journée soit douce. mélanie

heure-bleue a dit…

J'espère que ta mère ira mieux lorsque les beaux jours seront la...

Gérard a dit…

A force de douceur, de parfum de rose, d'oiseaux qui gazouillent le printemps ne pourra te résister, écoute il frappe à la porte. Meilleure santé à ta maman !

Lyse a dit…

L'amoureuse du jardinier rougit de chagrin et de peine ...
jolie plume et sensiblité qui rend cette rose.... humaine
Bisous Petite poétesse

Anonyme a dit…

Rassurée de te savoir revenue!
Quel joli texte pour cette journée printanière.
gros bisous.
Ptit'mary

Rosie a dit…

Magnifique ton texte, douce Muse, pauvre p'tite rose délaissée par le jardinier qui va vers son amoureuse. Quelle belle poésie, merci.

Courage pour ta maman, je pense à vous deux très fort et je t'envoie plein de pensées d'amour.

Bon mardi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

Mathilde a dit…

Bonjour Muse,

Un petit tour dans ton jardin enchanté pour oublier la neige et le froid, moi qui viens du soleil.... Qu'importe, j'entends le merle chanter, et les pies sautillent sur la terrasse, un nid ne doit pas être loin...

Pensées chaleureuses pour ta Maman et toi.

Bonne journée et à très bientôt.

Anonyme a dit…

Adorable poème pour un printemps qui tarde à venir. Une pensée affectueuse pour toi et ta maman. Arlette.

magali a dit…

je vois que tu rattrapes ton retard d'écriture je vais me plonger dans tes derniers articles
bisous

nina de zio peppino a dit…

Très doux. J'avais justement besoin d'un tel paysage dans ma vie.

Muse a dit…

> merci de tes bisous Brig, l'important et ce qu'il reste de nos échanges.
> Pierre, il faudra que je lise le"Jardin des roses" de Saadi... rien que le titre me plait déjà! Je pense ausi à ce poème que je travaille.
> J'aime à me reposer au bord de ton puits Herbert et tes mots ici chez moi sont toujours d'une grande gentillesse
> Mélanie, j'essaye de les rendre aussi douce que possible
>HB moi aussi je l'espère mais je la sens parfois impossible avec ses idées noires...est-ce dû à l'âge?
>Ah! Gérad le printemps parfois vous joue des tours quand les oiseaux partent gazouiller dans d'autres contrées...
>Oui Lyse façon Pivoine...mais le soleil continue à briller et l'espoir renaît.
>hi hi! P'tit Mary le printemps doit te dire quelque chose à toi...c'était pas le 20 mars?
>Bien vu Rosie...mais la rose attendra qu'un matin un passant la remarque...
>Mathilde je te souhaite tout le soleil dont nous avons besoin et encore beaucoup d'échanges sur ton blog aux photos que j'adore.
> Allez Arlette, il va venir et nous pourrons bientôt concrétiser une rencontre en mai.
>Et mon retard de lecture, car il ne faut pas vous quitter longtemps, vous êtes si prolixes les uns et les autres...Bisous à tes enfants!
>Bonjour Nina et merci d'avoir remarqué mon blog. Tes écrits sont magnifiques et savent créer un climat merveilleux de vérité; je te retrouverai bientôt sur ton blog.