samedi 12 avril 2008

la comtoise

Comment se retravaille un poème?
Celui ci écrit en 2005, n'avait aucune rime.
J'ai donc repris le poème initial pour créer des vers supplémentaires, gardant l'idée première...

Ici, le temps, le Temps, celui qui passe inexorablement. Celui qu'il ne faut pas négliger, le temps de l'Amour, le temps de l'Amitié, mais aussi celui des joies, des plaisirs et enfin celui de la mort...

Comtoise


Quand je vois ma comtoise

Et son lourd balancier

Qui égrène nos heures

De sa vie bien rythmée,

J’avise ses aiguilles,

Les compare à nos vies

Et me sens bien narquoise

De vouloir oublier

Que dans chaque demeure,

Que dans chaque famille,

Leur trotte se poursuit.


Les aiguilles évoluent

Dans un espace clos ,

L’une court après l’autre,

Se rencontrent un instant,

Et du bout de leurs doigts

Se frôlent tendrement.

Ces amies assidues

Qui ,depuis le berceau,

Montrent qu’ elles sont nôtres,

Vont, dans un même élan,

Partager leur émoi

Et leur attachement.


La plus grande dépasse

Et gagne du terrain,

La petite patiente

Attendant son amie

Pour bavarder un peu

Puis se laisser doubler.

---------------------

Mais quand on parle d’elles

Toujours on associe

Les minutes et les heures

Il est midi moins dix

Deux heures quarante-cinq.

Sur leur piste de danse,
Entre verre et métal
On voit se succéder
Et le jour, et la nuit
Les deux aiguilles ensemble
sur un tic tac d'enfer
Vous tournent une valse.
En rythme est soutenu
Un tempo bien marqué
Allegro ma non tropo.
Elles tournent de concert…

Et quand une main ferme
Saisit le contrepoids,
Bloquant le balancier,
Les deux aiguilles ensemble
Arrêtent leur concert
Et saluent la famille
Par la mort endeuillée
Dans un profond silence.
Même l'évènement
Ne les sépare pas


(en construction)


Au rythme de mon travail et du temps que j'y passe... Lecteur que la fin de ton samedi te soit que pure douceur...

13 commentaires:

Rom a dit…

Bonsoir Muse,
Il y a tant d'analogies dans ce très beau poème dont j'entends le battement et, tu dois savoir pourquoi, ces deux aiguilles soeurs m'en rappellent deux autres, à tricoter.

brigetoun a dit…

baba suis devant le travail (et le résultat)
ce pourquoi ne serai jamais poète

Anonyme a dit…

Ca ne doit pas etre évident de reprendre ainsi un texte ?...
Mais Bravo, belle réussite Ma Muse.
Quand on y met tout son coeur voilà!!
Bisounettes
Ptit'mary

herbert a dit…

Bonjour, Muse
Mais toutes ces strophes sont exquises, si légéres et si vraies dans leur combinaison.
De mon horloge, j'ai arrêté les aiguilles afin de tromper le temps.
Ainsi, le poids est immobile, devenant symbole d'éternité.

Merci beaucoup, Muse
Bisous pour toi

Bruno a dit…

Que de travaille, Mallarmé lisait, retravaillait tout le temps ses textes. J’aime laisser un texte comme il a été écrit car il reflète un moment, un état d’esprit … c’est comme la photographie elle est figée.
J’aime cet automatisme, cette spontanéité dans les mots. Pour ma part je les retravaille de temps en temps et toujours dans un petit carnet, mais c’est tout à fait personnelle. d’ailleurs parfois je regrette c’est pour cela que je ne publie jamais un texte sur le coup de l’émotion, je le laisse dormir, idem pour les photographies
Bon dimanche

Mathilde a dit…

Bonjour Muse,

"Écoute, écoute... Dans le silence de la mer, il y a comme un balancement maudit qui vous met le coeur à l'heure"

Chantait Léo Ferre...

Tes vers me sont moins sévères et j'aime beaucoup la deuxième partie, on y retrouve ton côté mutin, c'est très agréable.

Je te souhaite une agréable soirée Muse.

ariaga a dit…

Juste un petit coucou avant de reprendre mon "activité" sur le blog. Bises.

Le_peintre a dit…

Un arrêt des aiguilles, ici, je fais sonner le coucou.

Anonyme a dit…

Jolie et amusant Muse en cartoon :-) hé hé
Bises
Ptit'mary

Rosie a dit…

Le temps a arrêté les aiguilles du temps, que je passe avec toi.

Tu sais, j'aime les deux versions, mais je dirais que j'ai une préférence pour le premier texte, douce Muse.

Bon lundi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

Lyse a dit…

Coucou ma petite muse
moi aussi j'ai une préférence pour la 1er version ..les présences et les émotions plus palpables
Je te fais de gros bisous
Bonne journée

double je a dit…

un petit coucou de retour , le temps de lire au rythme du balancier de ta belle comtoise...
bonne fin de journée

Bérangère a dit…

le temps nous compte
le temps nous toise...
belle Comtoise!